Notre histoire

L’histoire de l’ASEFOP est intimement liée à la figure de Bernard Aucouturier sans la présence, la stimulation et les enseignements duquel l’ASEFOP n’aurait pas pu voir le jour. Le professeur Aucouturier va développer son activité de clinique infantile à Tours (France) à partir des années 70.

Là, dans le Palais des Sports municipal, au fil d’un travail quotidien avec des enfants, garçons et filles de tout âge et de toutes caractéristiques, va naître une méthode qui avec les années s’appellera Pratique Psychomotrice Aucouturier.

Le film “Bruno” réalisé en 1972 par M. Dubray et approfondi ensuite au niveau théorique par B. Aucouturier et B. Lapierre dans un livre (“Bruno”, Delachaux et Niestlé, 1977) a fait connaître les débuts de la Pratique. “La méthode Aucouturier Fantasmes d’action et pratique psychomotrice” (de boeck, 2005) constitue l’œuvre la plus aboutie dans l’explication de cette pratique. Entre les deux, il a publié plusieurs ouvrages devenus classiques comme la trilogie “La symbolique du mouvement”, “Les contrastes”, “Le manque au corps”, ou “La Pratique Psychomotrice, Rééducation et thérapie”, écrits en collaboration avec A. Lapierre pour les trois premiers, I. Darrault et J.-L. Empinet pour le dernier, et plus récemment “Qu’est-ce qui fait courir l’enfant ?” en collaboration avec G. Mendel, ou la publication collective “Peur de rien … Peur de tout …”. Ces livres ont fait de B. Aucouturier un référent dans le champ de la psychomotricité.

Bernard Aucouturier avait un don, une capacité toute particulière à rentrer en relation avec les enfants. Tout au long de sa vie professionnelle, il a témoigné d’une grande perspicacité dans l’observation du comportement infantile, ainsi que d’une sensibilité hors du commun face à un enfant qui souffre et exprime son mal-être telle manière qu’il puisse espérer que quelqu’un le comprenne. Ce don l’a amené à investiguer le sens profond de l’expressivité motrice infantile qui s’enracine dans les étapes les plus archaïques de la vie.

L’originalité de la méthode consiste à faire de l’action, du plaisir et de la relation les moteurs de l’évolution et de la maturation psychologique de l’enfant. Bernard Aucouturier a été l’unique auteur capable de traduire en principes d’action des concepts d’auteurs comme Piaget, Freud, et particulièrement Winnicott qui mettent en évidenceles racines corporelles de la naissance du psychisme et de l’intelligence. Ceci constitue sans aucun doute sa principale contribution au champ de la thérapie et de l’éducation psychomotrice. En ce sens, B. Aucouturier fut un précurseur car son intuition a mis en pratique ce que les neurosciences sont actuellement en train de découvrir.

La Pratique Psychomotrice Aucouturier est donc née de l’expérience, elle est vivante et dynamique, mais elle s’est construite sur des bases théorico-pratiques d’une grande consistance. De nombreuses salles de psychomotricité sont équipées d’un matériel spécifique, mobile et multifonctionnel, très coloré, comme le sont les blocs de mousse, autre grand apport du professeur Aucouturier.

Depuis sa création, l’ASEFOP fut le lieu privilégié par Bernard Aucouturier pour diffuser sa méthode grâce à la formation donnée dans ses écoles. Pendant 25 ans, il a prodigué son savoir, son expérience et ses recherches au sein des écoles de l’ASEFOP en y enseignant très régulièrement. Au travers de ses séminaires, nous avons pu intégrer sa philosophie, son éthique de respect de l’enfant en tant que Sujet, son regard et une Pratique Psychomotrice qui transforme toute personne qui la connaît.

Les formateurs de l’ASEFOP constituent le seul groupe de disciples directement formé par Bernard Aucouturier. Pendant une trentaine d’années ils ont suivi son parcours et créé des écoles de formation grâce auxquelles la Pratique Psychomotrice s’est fait connaître de manière fidèle et rigoureuse.

En 2009, à l’âge de 75 ans, Bernard Aucouturier s’est retiré de la vie institutionnelle mais l’ASEFOP continue à faire vivre l’esprit de son créateur.

Les stages se poursuivent, moments attendus où les formateurs se rencontrent, partagent leurs expériences, actualisent leur formation et uniformisent leurs critères d’intervention face aux nouveaux enjeux éducatifs et pédagogiques que pose notre société actuelle.

Les écoles continuent à former avec leur enthousiasme de toujours et les formateurs renouvellent chaque jour leur engagement pour l’enfance, propageant ce « regard » sur l’enfant, regard qui constitue avec fierté le « sceau maison » caractérisant tous ceux et celles qui ont suivi notre formation.